Les enfants revêtaient leurs costumes dans la sacristie.

Publié le par Sandrine

Les enfants revêtaient leurs costumes dans la sacristie. Olivier jetait des regards inquiets à sa montre. L’église était pleine à craquer. Mais Claude et Sylvie ne se manifestaient pas. Il soupira. Les enfants s’agitaient. Il leur demanda de se calmer. Il s’éloigna quelques instants et s’empara de son portable. Il fallut une dizaine de sonneries avant que Claude ne décroche.
« -Claude, il ne manque plus que vous, mon fils !
- Je crains de ne pouvoir venir, mon père. J’ai espéré jusqu’à la dernière seconde…
-Mais que vous arrive-t-il ?
-Je ne sais pas vraiment… Sylvie et Gauthier sont au plus mal. Ils ont de la fièvre, des éruptions cutanées purulentes sur tout le corps… J’ai appelé les pompiers il y a plus d’une heure… Ils m’ont assuré qu’ils faisaient au mieux mais il semblerait qu’ils soient débordés.
-Mon Père, mon Père ! Essoufflé, un vieil homme se planta devant lui. Olivier lui fit signe d’attendre quelques instants.
-Je crois que vous feriez mieux de les conduire vous-même à l’hôpital. Vous savez ce qu’on dit : aide-toi, le ciel t’aidera !
-Je suis désolé…
-Vous n’avez pas à l’être. Prenez soin de vous.
-Mon Père, vite ! Reprit le vieil homme, paniqué.
-Que vous arrive-t-il ?
-Les gens se sentent mal. Il leur sort des boutons immondes… Olivier ressentit une chaleur subite. Il la mit sur le compte du stress et se précipita dans l’église. Effaré, il contempla les visages de ses fidèles. Une bonne moitié d’entre eux avaient les yeux luisants de fièvre. Leur peau se couvrait en quelques minutes de centaines de cloques qui éclataient en répandant un liquide visqueux et nauséabond. Il se mit à trembler presque imperceptiblement. Il regarda brièvement ses mains. De minuscules cloques s’y formaient. Il se précipita vers l’autel et s’empara du micro.
« -Il semblerait que certains d’entre nous soient malades. Je vais appeler les secours. D’ici leur arrivée, je compte sur vous pour conserver votre calme. Par mesure de précaution, je demande à tous ceux qui ne sont pas malades de bien vouloir se mettre à droite de l’allée centrale et aux autres de rester à gauche. Chantez ! » Ordonna-t-il aux membres de la chorale encore valides devant lesquels il passa pour se rendre à la sacristie.

Lire la suite: Nous faisons pour le mieux, mon Père….​

Publié dans Dieu est mort

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Chadou 19/10/2014 08:01

Bonjour écrivain, je te remercie de ton passage sur ma page, c'est chouette ce que tu écrits mais je préfère lire un livre dans mon fauteuil que sur l'écran de l'ordinateur ! Bon dimanche l'ami ♥