Lorsque Olivier ouvrit les yeux, il comprit

Publié le par Sandrine

Lorsque Olivier ouvrit les yeux, il comprit qu’il se trouvait dans une chambre d’hôpital. Claude était à son chevet.
« -Que faites-vous là ? Vous devriez être auprès de votre femme et de votre fils… Lui reprocha-t-il d’une voix éteinte.
-Je suis là où je suis le plus utile, mon Père.
-Comment vont-ils ? Insista Olivier. Claude nia tristement.
-Les médecins n’ont rien pu faire pour eux… Ils n’ont pu résister que quelques heures.
-Mais qu’est-ce que c’est ? Claude soupira profondément.
-Ils ne le savent pas vraiment. A priori, une variante mutante de la variole… Vous-même, malgré votre âge et votre bonne condition physique, vous n’êtes pas passé loin de la catastrophe… Vous êtes resté inconscient plus de soixante douze heures.
-Et les autres ? Demanda-t-il d’une voix tremblante.
-Sur soixante dix personnes qui ont présenté ces symptômes, seules cinq, vous compris, en ont réchappé. Olivier se sentait brusquement étrangement vide, privé de toute émotion. Il ne ressentait ni joie ni culpabilité à l’idée d’avoir survécu. Pas plus que de révolte ou d’espoir. Il n’était qu’une enveloppe vide.
-Et vous, comment vous sentez-vous ?
-Je ne sais pas…. J’ai tout perdu… Il sondait le regard du prêtre à la recherche d’un réconfort quelconque. Il ne trouva que le néant dans les pupilles de l’homme allongé devant lui.
-Ont-ils une explication quelconque concernant ce qui s’est passé ?
-Non. Pas la moindre. Il faut croire que la colère de Dieu s’est abattue sur nous.
-Ne dîtes pas n’importe quoi, voyons. La douleur vous égare.
-Et comment expliquez-vous cela ? Dois-je vous rappeler que ça s’est produit le soir de Noël, dans une église ?
-Vous vous trompez. J’en veux pour preuve que Sylvie, Gauthier et vous étiez à votre domicile et non dans l’église. Ne donnez pas à ces événements une dimension religieuse qu’ils n’ont pas. La nature est capricieuse, voilà tout !

Lire la suite: Et Dieu, dans tout cela ?​

Publié dans Dieu est mort

Commenter cet article