Il était dix heures quand il entra dans la morgue...

Publié le par Sandrine

Il était dix heures quand il entra dans la morgue. L’odeur était insoutenable. Il ne put réprimer une moue de dégoût qui fit sourire Fenbeck.
« -La matinée commence mal… Lui fit-il remarquer.
-Ca devient une sale habitude ces temps-ci… Rétorqua Serge. Qu’avons-nous là ?
-Deux hommes d’une trentaine d’années. Des skinheads notoires, fichés chez vous pour de nombreuses agressions. Une plaie à l’arrière du cou pour mon ami à droite et une en plein cœur pour mon ami à gauche. On peut en conclure que votre homme n’a pas de problèmes de vue, il est d’une précision redoutable. Jamais il n’a blessé quelqu’un….
-Ah, voilà une piste formidable ! Nous le tenons ! Ironisa-t-il.
- Evidemment, ce sont les mêmes plaies…. Et c’est tout ce que je pourrais vous dire au sujet de ces messieurs. Ah, si, ils avaient du sang sur eux. Mais après analyse, c’est du sang provenant d’une jeune femme. Encore que…. Votre homme pourrait être votre femme, finalement… Mais il ne sert à rien de s’approcher de ses victimes quand on dispose d’un arc… Nous saurons à qui appartient ce sang d’ici quelques heures, sous réserve que cette personne figure dans notre fichier, bien évidemment…
-Si donc c’est une victime ou un primo délinquant, on n’en saura jamais rien… Comme toujours. Dites, si ça ne vous ennuie pas, je préférerais qu’exceptionnellement nous poursuivions cette discussion autour d’un café. Vos amis, comme vous dites, me fichent le cafard.
-Si vous avez vos analyses, je vous l’offre bien volontiers, ce café ! Serge sortit l’enveloppe de la poche de sa veste et la brandit.
-C’est bien la première fois que je cède à un chantage quelconque !
-C’est donc que ce n’en est pas un… »

Publié dans Charlie profané

Commenter cet article