Il était dix neuf heures quinze quand il arriva...

Publié le par Sandrine

Il était dix neuf heures quinze quand il arriva dans la petite rue pavée en sens unique. Il décida de faire un premier tour pour avoir une idée de la conformation des lieux. Le local était au centre de la petite rue mal éclairée. Ce pouvait être un avantage. Il ne pouvait pas stationner et il y avait de la circulation. C’était un problème. A quelques entrées du siège du groupe se trouvait un restaurant. « Tonton Patate ». Ca ne s’inventait pas un nom comme ça ! Mais ça n’avait pas l’air de lui nuire… Il était bondé. C’était un énorme souci. Au deuxième passage, il vit qu’il y avait quelqu’un dans le local. Il résolut qu’il ne pouvait décidément pas agir ici. Il alla donc se garer un peu plus loin et revint à pied. Il attendit patiemment à l’angle de la rue, faisant mine d’attendre quelqu’un. Quoi de plus logique à quelques mètres d’un restaurant ? Il eut le temps d’admirer les façades et d’apprécier l’activité nocturne. C’était une ville très animée. C’était une bonne chose, c’est dans la foule que l’on passe le mieux inaperçu. Il faisait froid. Il regarda sa montre : il était vingt heures. Il vit un jeune homme sortir du local et en fermer la grille. Il décida de le suivre à bonne distance pour ne pas se faire repérer. C’était une précaution quasiment inutile parce qu’ils ne se connaissaient pas mais il préférait rester le plus discret possible. Le jeune homme marcha pendant près d’une demie heure. Visiblement, il n’avait pas de véhicule. Il le vit entrer dans un vieux bâtiment qui aurait bien eu besoin d’un ravalement. Il attendit une bonne heure et ne le vit pas ressortir. Il y avait donc une chance raisonnable pour que ce soit son domicile. Il regarda autour de lui et fit le tour des lieux à pied. Il y avait la possibilité de se garer. Il rejoignit donc sa voiture. Il lui fallut un peu moins d’une heure pour se trouver garé à quelques mètres de l’entrée du bâtiment. Il se prépara et attendit. La nuit était jeune…

Publié dans Charlie profané

Commenter cet article