Banlieues

Publié par Sandrine

Les banlieues, les cités, la zone comme diraient les jeunes, certains ont voulu les karchériser...
C'est un lieu de fantasmes les plus fous, une jungle urbaine un peu effrayante surtout dans l'esprit de ceux qui n'y vivent pas et ne les connaissent qu'à travers les journaux télévisés qui ne parlent naturellement que des drames qui s'y déroulent, de la violence qui les gangrène, du chômage qui y explose. Mine d'or médiatique pour les politiques et les médias, les banlieues ont fini par s'embraser, dans une véritable ambiance de guerre civile, d'après ce qu'on nous en avait raconté, et l'idée d'une intrigue s'y déroulant n'a pas tardé à germer, fertile et luxuriante. Mais loin des préjugés, le but était de démontrer à quel point il est facile de créer un événement de toutes pièces et à quel point il est difficile de ramener les choses à leurs véritables proportions... Alors si vous aimez les ambiances noires et haletantes, si vous acceptez de vous laisser bousculer un peu, vous allez adorer cette promenade en banlieue!


Samira examinait la liasse...
Restée seule, Samira fit une courte prière...
Samira devenait folle: il était plus de vingt deux heures...
Samira faisait les cent pas depuis plus d’une heure...
Samira avait passé une nuit d’enfer...
Elle avalait un comprimé d’aspirine...
La sonnerie du téléphone la tira d’un sommeil agité...
A peine eut-elle le temps de prendre une douche rapide...
La nuit était tombée depuis quelques heures déjà...
Quand Sylvie découvrit Samira, une inquiétude visible...
Elle avait à peine eu le temps de poser son sac à main...
Sylvie eut un mouvement de recul en apercevant l’homme...
Samira prenait son courrier dans le hall...
Samira regardait le soleil se coucher avec angoisse...
Sylvie hésitait. Sonner à la porte de Samira...
Samira traversa le parking avec un pincement au cœur...
Samira se levait à peine que le téléphone sonnait déjà...
Le dos droit et la tête haute, Samira, les yeux agrandis...
Lorsqu’elle pénétra dans le salon...
Tous deux étaient blonds comme les blés...
Du haut de sa fenêtre, Samira observait l’entrepôt...
Lorsqu’elle raccrocha, Samira avait l’impression...
Lorsqu’elle se coucha dans le lit de la chambre d’amis...
Samira s’aperçut immédiatement que sa serrure...
Madeleine descendait les marches pour jeter un œil...
Samira se sentait un peu...
Le café était bondé et les discussions allaient bon train...
Vous êtes au cœur d’une bataille électorale, ça, c’est posé...
Avez-vous seulement jeté un œil à ces photos?..
Votre regard est plus clair...
Lorsque Rémi lui avait dit que maître Dufour...
Marc n’en revenait pas...
Moins d’une heure plus tard...
Le tribunal était presque désert...
C’est de la diffamation...
Je me permets de vous rappeler que malgré vos envolées...
Samira avait retenu son souffle...
L’avocat examina brièvement Samira...
Vous avez la mine de celui qui se prépare...
Il sembla à Samira que l’avocat...
Samira aspira à pleins poumons l'air frais...
Samira suivit les indications de son guide...
La guerre du golf... Objecta-t-elle...
Vous ne ferez rien du tout!...
Le sommeil la fuyait, son cerveau fonctionnait...
Quand elle pénétra dans la cité...
Des cars de CRS se massaient aux abords...
Le jour se leva sur un spectacle de désolation...
Vous désirez, madame?...
Le bureau dans lequel le maire l'invita à entrer...
De retour chez elle, elle sortit l'objet de son forfait...
Déjà de retour?...
Quelques jours plus tard...
Maître Dufour, je crois que vous aviez raison...
De retour dans la cité...
Marc eut un mouvement de recul...
La sonnette retentit à six heures pile...
Ils lui demandèrent d'attendre...
Elle avait perdu toute notion du temps...
De retour dans le bureau...
Brusquement, elle se tut...
Assurerez-vous ma défense?...
Monsieur Bès, connaissez-vous cette dame?..Continuons, une autre personne est venue nous raconter...